La Bromelaïne

QU’EST-CE QUE LA BROMELAÏNE ?

La Bromélaïne est une enzyme protéolytique naturelle ou protéase (dont la principale est la broméline) extraite des tiges et racines fraiches de l’ananas aux propriétés multiples. L’ananas est une broméliacée d’où le nom donné à cette enzyme.

En tant qu’enzyme protéolytique, la Bromélaïne a donc la capacité de digérer les protéines, qu’elles soient d’origine animale ou végétale, par hydrolyse, c’est-à-dire qu’elle coupe les protéines en molécules plus petites et les rend inactives, aidant ainsi la digestion en les découpant en acides aminés, détruisant aussi certaines qui sont néfastes à la santé.

Cette aide peut-être importante pour un organisme ne produisant pas assez d’enzymes digestives, limitant ainsi indigestion, brûlures, flatulences, etc.

La Bromélaïne est active à n’importe quel PH et agit aussi bien dans l’estomac que dans l’intestin grêle. Elle joue alors le rôle d’enzyme digestive lors du dysfonctionnement du pancréas.

En fonction des pathologies, la prise de la Bromélaïne se différencie (hors ou pendant les repas).

Les gélules gastro-résistantes ne sont pas scientifiquement plus efficaces puisque le corps va devoir s’occuper de tous les additifs (15 excipients différents peuvent être nécessaires), donc travailler plus avant de pouvoir digérer la Bromélaïne. Par ailleurs elles ne pourront être complètement efficaces pour des problèmes digestifs.

Ainsi avec une gélule non gastro-résistante, seule la digestion de la gélule végétale sera nécessaire pour qu’ensuite l’intestin s’occupe de l’assimilation de la Bromélaïne. La seule «contrainte», si cela en est une, est de prendre la gélule estomac vide (pour ses propriétés autre que digestives) afin qu’elle arrive entière dans l’intestin où elle pourra être assimilée.

Si toutefois vous utilisez des gélules gastro-résistantes (pour des problèmes autres que digestifs), assurez-vous que celles-ci ne contiennent pas de dioxyde de titane (colorant E171) ainsi que d’autres substances chimiques qui leur donnent leur propriété gastro-résistantes.

Par ailleurs, une gélule d’origine animale (donc protéique) ne peut être utilisée comme contenant car elle serait dissoute puisque la Bromélaïne est une enzyme protéolytique.

PROPRIÉTÉS
  • Anti-agrégeant plaquettaire.
  • Fibrinolytique directe sur les caillots.
  • Anti-inflammatoire directe et indirecte.
  • Anti-tumorale.
  • Anti-métastasique.
  • Immunostimulante (induit la production de cytokines).
  • Escarres, brûlures, engelures (en application à 35% sur base huileuse).
  • Potentialise l’action des antibiotiques (tétracycline, amoxylline).
  • Action mucolytique (bronchite, pneumonie).
  • Action digestive. Remplace avantageusement la trypsine et la pepsine (insuffisance pancréatique).
  • Ballonnements, flatulences.
  • Ulcères gastriques.
  • Œdèmes post chirurgicaux (préventif ou curatif).
  • Traumatismes sportifs.
  • Résolution rapide des hématomes.
  • Thrombose et thrombo-phlébite.
  • Plaque d’athérome
ETUDES SCIENTIFIQUES
Un essai clinique a été effectué sur 74 boxeurs avec des ecchymoses sur le visage et des hématomes sur les lèvres, les orbites, la poitrine, les bras.
La Bromélaïne leur a été donnée 4 fois/jour pendant au moins 4 jours et jusqu’à disparition des ecchymoses.
Un groupe témoin de 72 boxeurs a reçu un placebo.
Chez 58 boxeurs prenant de la Bromélaïne tous les signes d’ecchymoses avaient complètement disparu en 4 jours ; les 16 autres ayant eu besoin de 8 à 10 jours pour une guérison complète.
Dans le groupe témoin, seulement 10 sujets ont guéri en 4 jours, les autres entre 7 à 14 jours.
Les résultats d’un essai clinique sur 124 sujets, hospitalisés pour bronchite, pneumonie, broncho-pneumonie, ont montré que la prise de Bromélaïne provoquait une diminution de la viscosité du mucus favorisant ainsi son élimination des voies respiratoires congestionnées.
Elle a été utilisée avec succès comme enzyme digestive après une pancréatectomie dans des cas d’insuffisance pancréatique exocrine et dans d’autres troubles intestinaux.
La Bromélaïne en raison de son large éventail de pH exerce son activité dans l’estomac comme dans l’intestin grèle.
Elle est aussi bénéfique dans des cas de déficience en pepsine ou en trypsine. Suite à des expériences sur animaux il a été montré que la Bromélaïne guérit les ulcères gastriques.

 

APPLICATIONS

Les domaines principaux d’application sont donc :
  • Les kystes, les tumeurs et les oedèmes.
  • Tous les problèmes inflammatoire.
  • Les problèmes respiratoires et pulmonaire.
  • La sphère digestive et intestinal.
  • Tout ce qui concerne le domaine cardio-vasculaire.
La Bromélaïne est utilisée en Europe pour favoriser le rétablissement après une opération ou des blessures sportives, aussi bien que pour traiter des sinusites ou des phlébites. Parmi ses autres usages, on retrouve le traitement des maladies veineuses, des contusions, de l’arthrite de la polyarthrite rhumatoïde, de la goutte, des colites ulcératives.
La Bromélaïne a la propriété de digérer les protéines.
Les chercheurs attribuent généralement ces effets à son action anti-inflammatoire. Elle pourrait également agir sur les récepteurs physiologiques de la douleur, aurait des propriétés anticoagulantes ainsi qu’une action sur la santé vasculaire (diminue le nombre de crises d’angine de poitrine) et en association avec du potassium et du magnésium, elle peut entraîner une diminution du risque d’infarctus.
Les chercheurs ont conclu que la Bromélaïne peut avoir un rôle dans l’activation des réponses immunitaires dans des situations où elle pourrait être déficiente comme cela peut se produire chez des sujets immunodéficients.
La Bromélaïne apporte une aide aux malades souffrant de rhumes, d’asthme ou d’une production excessive de mucus dans le système respiratoire. Elle renforce l’action des antibiotiques.
La potentialisation des antibiotiques et d’autres médicaments par la Bromélaïne pourrait être due à une stimulation de l’assimilation aussi bien qu’à une augmentation de la perméabilité des tissus malades qui renforcent l’accès des antibiotiques au site de l’infection.
On pense également que l’utilisation de la Bromélaïne pourrait créer un accès similaire à des composants spécifiques et non spécifiques du système immunitaire, stimulant ainsi l’utilisation par l’organisme de ses propres ressources de guérison.
 
Durant les 15 dernières années, près de 400 articles ont été publiés décrivant l’emploi de la bromélaïne en pratique clinique (TAUSSIG et AL en 1975).
Un grand nombre de maux, apparemment sans relation, répondent favorablement au traitement à la Bromélaïne.
La liste comprend des maladies gastro-intestinales, respiratoires, gynécologiques, la plupart des maladies inflammatoires et cardiovasculaires, les débridements de brûlures, la thérapie du cancer et beaucoup d’autres maladies.
Les résultats obtenus sur une très grande population de malades sont absolument sans équivoque, de sorte qu’il ne peut y avoir de doutes sur la validité des découvertes rapportées.
Mais le plus extraordinaire semble être son action anti-tumorale et anti métastatique.
LE TRESOR CACHE
 
2 articles parus dans Horizons Virtuels, la revue de Michel DOGNA vous donneront une idée de ses possibilités.
  • Extrait du N° 27 de janvier 2005 : … LE TRÉSOR CACHÉ DE LA BROMÉLAÏNE :
« …La bromélaïne est une enzyme active aussi nommée broméline, que l’on tire de la tige d’ananas. Le fruit en contient aussi en quantité mais est surtout logé dans le cœur et la peau. Une composition gastro résistante est vendue en pharmacie sous le nom d’Extranase (moyen mnémotechnique) : « remède extra pour ceux qui sont nazes ». »
LES ETAPES DE MA DECOUVERTE
 
Depuis longtemps je connaissais l’existence de la Bromélaïne d’ananas au même titre que la Papaïne de Papaye, signalées par le Dr LEVY dans sa panoplie d’adjuvants anticancéreux. Bref un remède parmi tant d’autres.
Il y a 4 ans un ami médecin et (bon) cancérologue, le Dr L.G. que je ne dévoile pas ici vu les ennuis qu’il a déjà essuyés (comme tous les bons) et à qui je parlais du CARZODELAN, me dit : « Pourquoi t’embêtes-tu avec ces piqûres qui coûtent 18,00F l’injection (non remboursée) alors qu’il existe l’EXTRANASE en pharmacie, en comprimés qui coûtent 3,00 F six sous. »
Depuis 20 années je connaissais et prescrivais avec bonheur ce merveilleux produit allemand le CARZOLEDAN (extrait de pancréas) qui m’a permis de pratiquer beaucoup d’exercice illégal de la guérison (sic Sylvie SIMON).
Derechef, je me mis en devoir de signaler l’EXTRANASE dans le journal de l’époque (Soignez vous ou Santé Pratique). Le seul retour que j’ai eu, a été une lettre d’une abonnée pas contente car allergique à l’ananas, elle avait eu des réactions fort désagréables. Je finis par conclure que c’était une fausse piste et déclarait que les résultats étaient décevants.
L’EXPERIENCE DETERMINANTE DE MONSIEUR PIERRE
 
Le temps passa et il y a 2 mois, je reçus un coup de téléphone d’un certain Mr Pierre L. de Bretagne qui me dit : « Mr Dogna, grâce à vous, je fais de véritables miracles » (étonnement). Il poursuit :
« Il y a un an je suis tombé sur un de vos journaux qui parlait de l’Extranase et voilà ce qui est arrivé : Christelle, une petite cousine venue passer quelques jours chez nous, avait un gros chagrin car sa petite chatte Rosie allait être opérée de 2 tumeurs cancéreuses, une moyenne et une très grosse. Je lui dis d’appeler sa maman, de lui demander d’aller à la pharmacie acheter 1 boîte d’Extranase, ainsi que de calculer la dose à donner en fonction du poids de la chatte, sachant que pour un homme la dose est de 3 x 3 comprimés/jour. La maman ne se cassa pas trop la tête : elle acheta la boîte sans trop y croire et donna un comprimé à la chatte. C’était 24H avant l’opération. Rosie avait en fait ingurgité 10 fois la dose en rapport de son poids. A l’opération, le lendemain, il apparut que la tumeur moyenne avait disparu complètement et que dans la grosse tumeur, il n’y avait plus que de l’eau. Depuis Rosie est en très bonne santé ».
UNE ASTUCIEUSE DEDUCTION
 
Suite à l’expérience de Rosie, Mr Pierre en vint à penser que si l’Extranase n’avait pas habituellement d’effets plus déterminants sur le cancer, c’est qu’elle était très sous dosée.
Il en est de même pour la vitamine C qui a été limitée à quelques 400 mg/jour alors que l’on peut monter à 5g avec la vitamine C naturelle et à 30g voire même 40 ou 50 g avec la vitamine C de synthèse mélangée à de la Lysine.
Mr Pierre a calculé que la dose d’attaque standard idéale d’Extranase est de 1 comprimé/kilo qu’il s’agisse d’un humain ou d’un animal. Pour une tumeur jeune, cette dose unique peut suffire. Mais il faut souvent continuer plusieurs jours à demi dose (soit 1 comprimé pour 2 Kg) le temps nécessaire pour que la tumeur disparaisse, qu’elle soit cancéreuse ou non.
LE VIEUX CHIEN DES VOISINS
 
La pauvre bête avait une tumeur de 7 cm d’épaisseur et ses maîtres ne voulaient pas le soigner vu son âge. Mr Pierre parvint a les convaincre de lui donner de l’Extranase ainsi qu’indiqué plus haut. 10 jours après, les grosseurs avaient totalement disparu. Le chien mordillait la peau détendue et il en sortait de l’eau. Depuis, aucune trace de tumeur n’est réapparue.
DES CONFIRMATIONS « SCIENTIFIQUES » OFFICIEUSEMENT RECONNUES
 
La mise à jour de la fiche Bromélaïne effectuée par les chercheurs Pierre LEFRANÇOIS et Françoise REILY et revue le 23 août 2004 par Jean-Yves DIONNE, stipule que bien que l’on ait obtenu des résultats thérapeutiques positifs en utilisant des doses conventionnelles relativement faibles (160 mg /jour).
On a observé des effets plus positifs lorsque le dosage quotidien se situe entre 500 mg et 2000 mg, le tout réparti en 3 ou 4 prises.
En fait, des études effectuées sur des rats ont montré qu’il fallait atteindre 5g/kilo pour que les reins donnent des signes de fatigue, ce qui représente pour un humain de 60kg, 300g de Bromélaïne.
En ce qui concerne le cancer, l’auteur d’une synthèse publiée en 2001 souligne que les résultats d’études précliniques et pharmacologiques permettent de recommander la Bromélaïne par voie orale comme traitement complémentaire dans les cas de tumeurs. Mais il apparaît que les expériences cliniques menées sur 6 mois à 2 ans bien que positives sur le plan des réductions des tumeurs et des métastases, ainsi que de l’augmentation des défenses immunitaires, n’ont pas été massives en raison des dosages très insuffisants prudemment préconisés.

LES RESTRICTIONS
L’ORGANISATION DE DEFENSE DES CELLULES CANCERISEES
 
Parmi les globules blancs, il existe une sorte de leucocytes tueurs nommés les NK (Natural Killers) qui ont pour mission d’injecter dans les cellules cancéreuses une substance toxique mortelle : la Tumostérone (un dérivé de la vitamine D2).
Afin de se protéger de ces attaques, les cellules cancéreuses s’entourent d’une substance mucoïde spéciale. Pour pouvoir rendre l’accès libre aux NK, il faut d’abord dissoudre ce mucus. C’est justement ce qu’est capable d’effectuer la Bromélaïne de l’Extranase. Le résultat est tellement rapide lorsque les doses sont suffisantes, que l’on peut penser à un miracle.
Mais, attention les produits laitiers contrarient l’effet de la Bromélaïne pour 2 raisons :
  1. ils renforcent la couche mucoïde
  2. ils contiennent des hormones de croissance cellulaire rapide (le lait est fait pour les bébés qui doivent grandir vite).
NB : Lorsque l’on parle de produits laitiers, il s’agit de TOUS les produits laitiers d’origine animale, y compris tout aliment confectionné avec un quelconque des dérivés de laitages (et ce n’est pas facile d’y échapper).
A savoir que 95 % des desserts sont à base de produits laitiers.

 

 ASSOCIATION BROMELASE – VITAMINE C
 
Une tumeur maligne ou pas résiste rarement à l’association Bromélase + vitamine C, même en phase avancée.
Pourquoi ajouter de la vitamine C ?
Parce que contrairement aux humains, les animaux ont la faculté de fabriquer chaque jour de la vitamine C fraîche qui correspond à 10g ramené au poids moyen de l’humain. Ceci explique les résultats souvent plus spectaculaires chez les animaux, car la vitamine C potentialise l’effet de la Bromélaïne, du Lapacho et de tous les traitements en général.

BROMELAINE OU ANANAS ?
La question qui vient à l’esprit est « si je mange des ananas, n’est-ce pas pareil ? ». En fait c’est une mauvaise solution.
 

L’ananas ne contient qu’une faible concentration de bromélaïne. Il faudrait donc en manger de grandes quantités ou bien boire plus d’un litre de fruit frais par jour pour ne même pas espérer atteindre une action thérapeutique sur l’organisme. En fait le contraire se produirait si de telles quantités étaient consommées quotidiennement par semaine car cela serait rapidement insupportable voire dangereux pour le système digestif.

C’est pourquoi les chercheurs se sont tournés vers la tige de l’ananas qui est très concentrée en bromélaïne. Cependant il n’est pas conseillé de manger cette tige car en plus de la bromélaïne, on pourrait y trouver des composants indésirables pour l’organisme.
La meilleure solution réside donc dans l’extraction de la bromélaïne à partir de la queue de l’ananas.

LA CHROMATOGRAPHIE
 

L’extraction à partir de la queue de l’ananas est donc la meilleure solution qui existe. Cela s’appelle la chromatographie et constitue le procédé le plus utilisé aujourd’hui.

Cette méthode consiste à séparer l’enzyme des autres molécules présentes dans la tige en phase liquide rapide des protéines (ou High Performance Liquid Chromatography – HPLC).
Plus simplement, c’est une méthode qui permet la séparation des différentes substances contenues dans un produit dissous dans un liquide à travers une phase stationnaire.
Ce qui permet en quelques minutes d’isoler la bromélaïne des autres composants se trouvant dans la tige de l’ananas puis de la prélever et de la conditionner.
Ainsi on peut obtenir de fortes concentrations en bromélaïne mais surtout la suppression de toutes les substances indésirables.
La chromatographie est un procédé plutôt onéreux mais qui permet de disposer d’une bromelaïne pure donc active et efficace.

La qualité de votre produit dépend donc de la technologie utilisée par le laboratoire qui les fabrique.

 

PRECISIONS
 

Pour connaître l’efficacité de la Bromélaïne, il est important de connaître son GDU (Gelatin Digestion Unit). Il est souvent indiqué dans son nom.

Ainsi la Bromelase 2500 vous donne son indice GDU soit 2500.
Cette mesure indique la pureté de l’enzyme et donc son degré d’activité. C’est à dire la capacité de l’enzyme à lyser les protéines mais aussi son efficacité car plus dosé.
L’indice 2500 est l’un des plus purs sur le marché aujourd’hui (NDLR : comme la Bromelase vendue par Normandy et Ouest Vitamine C – 2500 étant le minimum garanti, l’activité de leur bromélaïne pouvant être supérieure).
A contrario, l’Extranase vendue en pharmacie est à 900nK (nanoKatals) soit 22GDU.
La toxicité éventuelle est estimée à environ 10g/kg de poids, soit plus de 1000 gélules/jour pour un adulte de 60 kg. Elle n’est donc jamais toxique même à dose prescrite importante.

On peut trouver depuis de la Bromélase 3000 dans le commerce mais il faut savoir que les résultats obtenus (par rapport à de la 2500) est de moins de 5% quant aux résultats pour un prix beaucoup plus onéreux pour le consommateur (Sic).

RECOMMANDATIONS
 
Lorsque l’on fait un traitement de Bromélaïne, il est conseillé de consommer beaucoup de crudités et d’éviter les produits laitiers d’origine animale (yaourts, fromage, lait). Il existe aujourd’hui des produits laitiers végétaux qui les remplacent avantageusement (lait d’avoine, de riz, d’amande, etc…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *